Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Baumont

  • : Le blog de Dominique BAUMONT
  • Le blog de Dominique BAUMONT
  • : UN ESPACE D'AFRIQUE ET D'HUMANITE, D'EXPERIENCES VECUES, UN ESPACE DE PARTAGE ET D'ECHANGE.
  • Contact

L' Auteur

  • Dominique BAUMONT
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique.

VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE.

2005–2007 en CENTRAFRIQUE.

2008–2010 au SENEGAL.

2012-2014 en 
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique. VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE. 2005–2007 en CENTRAFRIQUE. 2008–2010 au SENEGAL. 2012-2014 en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Copyright

Recherche

Un voyage se fait toujours trois fois...

Une première en rêve, en imagination,

au ras des cartes.

Une deuxième le long des routes,

dans des bus rapiécés,

dans des gares en attente

d’hypothétiques trains,

dans des hôtels douteux ou des jardins radieux.

Enfin une troisième et interminable en souvenir,

dans la présence d’instants

qui vous constituent désormais

et que rien n’y personne ne peut effacer.

Elisabeth FOCH - Journaliste française - Prix Nadal 1990 

matin à Kikwit 2

 Matin à Kikwit. Bandundu. RDC

 

Archives

Une incitation au voyage. En chanson

La promesse d'une expérience de

Volontariat Solidaire réussie.

 

Musique de Zaz "On ira"

Vidéo de Ion Eminescu

Chargé de communication à la DCC

L'IVRE D'AFRIQUE

Copie (3) de la place du souvenir 1

voyager c'est...

...aller à la rencontre de la poussière savoureuse

des hommes.

Georges Scheade - Poète libanais

bonnes-Ouaka.jpg

db.jpg

au revoir les amis

Copie de entre-Kemb--et-Bangassou

calvaire 1

Kimbala 16

scène de rue

Catégories

EN PAYS PYGMEE - CENTRAFRIQUE

NGOUMA

famille-pygm-e

pygmées à Manasao

A MEDITER

enfant et vautour

Il y a pire que

le bruit des bottes, 

il y a le silence des pantoufles.

Max Frisch 

SENEGAL - 2010

regard du Sénégal 1-copie-1

enfants pointe sarène

regard du Sénégal-copie-1

regard du Sénégal 2

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 08:23

 

C'est au cours de ma mission en Centrafrique qu'un terrible fait divers m'avait amené à réfléchir sur la tolérance et sur les limites de celle-ci. Le sujet n'est pas facile, voici ce que j'avais écrit à cette époque. Je n'en retire rien, cet article propose juste une piste de réflexion.


Mars 2007

Chronique N°13

LES FRONTIERES DE LA TOLERANCE

 

L’accusation de sorcellerie et son corollaire, la punition, sont inscrits dans le code pénal centrafricain comme étant un délit et à ce titre, sanctionnés.

Nous allons voir qu’entre la loi et la tradition le chemin est encore bien long.

Nous avons appris il y a peu qu’une fillette de 9 ans avait été accusée de sorcellerie. Les habitants de son quartier, nous sommes à Bangui, l’ont forcée à boire de l’essence, aspergée d’essence et y ont mis le feu, la gamine est morte carbonisée.

Peu de temps après se tenait dans le pays une réunion sur les droits de l’enfant. Participaient à cette réunion, juristes, responsables des droits de l’homme, services publics. Le cas de la fillette a été soulevé. Les participants ont tous vigoureusement protesté contre cet acte abominable, mais pas pour les raisons que vous imaginez.

Ils ont considéré qu’il y avait eu erreur sur la personne car en fait c’est la grand-mère qui aurait du être brûlée vive et non l’enfant ! Pour quelles raisons ? Je n’en ai pas la moindre idée mais telles furent leurs conclusions. Une chose est sûre, il fallait de toute manière brûler quelqu’un, indispensable exorcisme, et au-delà de l’horreur ceci doit nous interpeller.

Une question se pose : où se situe la limite de l’acceptation de la culture de l’autre ?

Au nom de l’intangible respect de l’existence d’autres territoires culturels que les nôtres doit-on laisser se perpétrer le type de crime décrit plus haut ?

Ma réponse est clairement et sans appel, non.

Mais en disant cela, je prends le terrible risque d’accepter non seulement la présence mais aussi la nécessaire définition d’une limite à ne pas franchir. Je reconnais la quasi-obligation d’établir un périmètre au-delà duquel les manifestations des traditions qui ne sont pas les miennes seront interdites car contraires à ma morale et à l’idée que je me fais du respect de la vie.

Et c’est bien là que le vrai danger se situe.

Car ma frontière ne sera pas évidemment celle de mon voisin de droite, qui se trouve être, c’est un hasard, un très brillant et très convaincant théoricien de la supériorité de la race blanche sur la race noire. Ni celle de mon voisin de gauche qui affiche bruyamment son anti-racisme tout en manifestant dans les actes quotidiens un ethnocentrisme conquérant.

On imagine aisément ce que l’attitude de mes voisins, reprise par une certaine caste politique et en utilisant le cas cité plus haut, pourrait avoir de dramatique si elle se concrétisait en lois ou décrets.

Malgré ce risque, qui peut être incontrôlable et que je mesure à son juste poids, il est cependant prudent et courageux d’admettre des frontières à la tolérance sans qu’il faille pour autant en dessiner les contours, et ceci d’autant moins que « l’Afrique est inscrite sur nos cartes comme un point d’interrogation géant au flanc du vieux monde » (J. Weurlesse)

Les questions posées par l’Afrique nous renvoient à nos propres interrogations, à nos propres peurs, un peu comme celles que nous éprouvions quand, enfant, la porte de la chambre à l’heure de se coucher se refermait sur le noir.

 

avatar MYTHES ET SYMBOLES  piste en Centrafrique

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique BAUMONT - dans VOYAGE
commenter cet article

commentaires

Dominique BAUMONT 14/12/2011 19:49


Débat difficile n'est ce pas Armide ? Où se trouve la vérité ? Pour ma part je ne sais pas très bien définir les limites des territoires de la tolérance. Merci de votre intervention. Bien à vous
et bonne soirée. Dominique

Dominique BAUMONT 14/12/2011 19:46


Bien sûr que c'est un grand débat Renée, et je ne prétends pas en faire le tour, pas plus que toi d'ailleurs. Bises et bonnes fêtes de fin d'année à toi. Dominique

Dominique BAUMONT 14/12/2011 19:42


Bien sûr que cela nous choque Sonya, mais tu connais la vérité toi ? Bises et bonne soirée. Dominique

Dominique BAUMONT 14/12/2011 19:41


C'est bien la question que je pose Nicole: quel est notre droit d'ingérence dans une culture dans laquelle nous ne comprenons pas grand chose ? S'offusquer, oui, pour le moins, horiffier, oui
pour le moins. Mais la limit entre ces deux territoires culturels n'est pas aisée à définir et présente des dangers. Merci de votre intervention. Amitiés à vous et bonne soirée. Dominique

•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-• 14/12/2011 18:18


je trouve navrant ce qui s'est passé


brûlé une innocente par erreur


mais c'est écoeurant ...


de quel droit les gens disposent de la vie des autres pour une question de croyance


on devrait punir de tels actes


ti bo


 


•-~·*'Ś Ő Ń Ŷ Á'*·~-•