Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Baumont

  • : Le blog de Dominique BAUMONT
  • Le blog de Dominique BAUMONT
  • : UN ESPACE D'AFRIQUE ET D'HUMANITE, D'EXPERIENCES VECUES, UN ESPACE DE PARTAGE ET D'ECHANGE.
  • Contact

L' Auteur

  • Dominique BAUMONT
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique.

VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE.

2005–2007 en CENTRAFRIQUE.

2008–2010 au SENEGAL.

2012-2014 en 
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique. VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE. 2005–2007 en CENTRAFRIQUE. 2008–2010 au SENEGAL. 2012-2014 en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Copyright

Recherche

Un voyage se fait toujours trois fois...

Une première en rêve, en imagination,

au ras des cartes.

Une deuxième le long des routes,

dans des bus rapiécés,

dans des gares en attente

d’hypothétiques trains,

dans des hôtels douteux ou des jardins radieux.

Enfin une troisième et interminable en souvenir,

dans la présence d’instants

qui vous constituent désormais

et que rien n’y personne ne peut effacer.

Elisabeth FOCH - Journaliste française - Prix Nadal 1990 

matin à Kikwit 2

 Matin à Kikwit. Bandundu. RDC

 

Archives

Une incitation au voyage. En chanson

La promesse d'une expérience de

Volontariat Solidaire réussie.

 

Musique de Zaz "On ira"

Vidéo de Ion Eminescu

Chargé de communication à la DCC

L'IVRE D'AFRIQUE

Copie (3) de la place du souvenir 1

voyager c'est...

...aller à la rencontre de la poussière savoureuse

des hommes.

Georges Scheade - Poète libanais

bonnes-Ouaka.jpg

db.jpg

au revoir les amis

Copie de entre-Kemb--et-Bangassou

calvaire 1

Kimbala 16

scène de rue

Catégories

EN PAYS PYGMEE - CENTRAFRIQUE

NGOUMA

famille-pygm-e

pygmées à Manasao

A MEDITER

enfant et vautour

Il y a pire que

le bruit des bottes, 

il y a le silence des pantoufles.

Max Frisch 

SENEGAL - 2010

regard du Sénégal 1-copie-1

enfants pointe sarène

regard du Sénégal-copie-1

regard du Sénégal 2

1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 08:03

Voila où nous a mené notre prétention, notre égoïsme et notre rapacité.

Lu pour vous dans :

lemondefr pet

 

 

 


Achille Mbembe, professeur d'histoire :

"La France n'est plus notre soleil"

Le grand débat |   | 17.10.11 | 13h10   •  Mis à jour le 17.10.11

par Philippe Bernard (Le grand débat)

 

 

·                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Les "révélations" de Robert Bourgi sur le financement de responsables politiques français par des chefs d'Etat africains remettent en lumière les relations troubles de la France avec ses ex-colonies. Tenez-vous pour un fait cette "corruption mutuelle" et, dans ce cas, comment en expliquez-vous la persistance cinquante ans après les indépendances ?

Les révélations de M. Bourgi n'en sont point, car ces pratiques étaient connues. Le fait que l'un des acteurs importants de ces marchandages prenne la parole en public maintenant montre que cet anachronisme que l'on a appelé la Françafrique est condamné à terme. Aujourd'hui, l'important est de porter nos regards sur ce qui vient, sur les dynamiques neuves. La France n'est plus le soleil de l'Afrique, car elle se trouve en compétition avec des acteurs nouveaux comme la Chine, le Brésil et l'Inde. Elle n'en est même plus le miroir et je crois que cela est bon. En même temps, un tissu de liens humains s'est constitué au fil des siècles entre la France et l'Afrique. Il faut investir dans ces relations humaines pour faire naître des solidarités neuves qui dépassent les rapports entre Etats.

Comment expliquez-vous que beaucoup de gens sur le continent continuent de penser que leur avenir se joue à Paris ?

Afrique help !Beaucoup d'Africains le croient car ils continuent de lire l'action de la France en Afrique à travers le prisme des philosophies autochtones. L'histoire y est considérée comme une modalité de la sorcellerie où le sujet s'identifie comme victime de forces obscures, extérieures, qui lui échappent. A cet héritage local lié à l'imaginaire, s'ajoute une expérience historique forgée à l'époque coloniale et prolongée par les pratiques néocoloniales : des interventions armées, le soutien actif à des dictatures corrompues, et la difficulté qu'ont éprouvée tous les gouvernements français, de droite comme de gauche, à s'allier à des forces d'émancipation.

Pourquoi la gauche a-t-elle échoué à promouvoir la démocratie en Afrique ?

Au fond, la gauche française, hormis le PCF à l'époque coloniale, a toujours partagé avec la droite un regard sur l'Afrique et les Africains fondé sur l'idée que les sociétés africaines sont régies par des règles différentes des nôtres. La gauche a souvent porté sur le continent un regard marqué par le paternalisme et un excès de bonne conscience. Elle a donc peut-être été un peu plus autiste que la droite, alors même que la recherche académique française n'a pas arrêté de montrer les transformations des sociétés africaines.

Vous avez critiqué l'intervention française en Côte d'Ivoire, justifiée officiellement par la nécessité de faire respecter le résultat d'une élection et de stopper les violences. Pensez-vous qu'une guerre civile soit préférable à une intervention étrangère ?

Les deux options constituent des pis-aller. Le défi historique auquel fait face le continent africain consiste à pacifier les formes de la lutte politique, à découpler le politique et la guerre. Tant que cela ne sera pas accompli, le nombre de conflits sanglants ne diminuera point. Ben

L'Afrique doit aussi s'astreindre à inventer par elle-même, à partir de ses ressources historiques et intellectuelles, un modèle de démocratie qui réponde à la complexité anthropologique de ses sociétés, et qui ne soit pas une greffe imposée par les bailleurs de fonds ou des armées étrangères. Ceci exige un travail lent, pénible, méthodique et discipliné que personne n'est prêt à envisager pour le moment. Enfin, l'absence d'une puissance hégémonique africaine capable de s'imposer avec d'autres sur le théâtre africain fait que le continent reste comme le ventre mou du monde qui attise la volonté des puissances étrangères d'y intervenir.

Après le "printemps arabe", un "printemps africain" est-il possible ?

Non, aucun régime africain ne court ce risque. Les conditions qui ont conduit aux événements du printemps n'existent nulle part. Au sud du Sahara, les classes moyennes existent depuis cinquante ans tout au plus et n'ont ni le recul historique des égyptiennes, ni le niveau de professionnalisation des tunisiennes.

Vous avez écrit qu'avec l'immigration, "la France récolte ce qu'elle a semé avec sa politique africaine". De quelle façon le passé colonial pèse-t-il sur la politique française d'immigration ?

Il faut dédramatiser : la France n'est plus le pôle privilégié de l'immigration africaine en direction de l'Occident. Le nombre d'Africains qui ont pour objectif d'aller en France est très petit et va décroissant. Les discours français sur l'immigration africaine relèvent du fantasme. Ils sont liés à la période particulière que nous vivons, marquée par une rebalkanisation du monde, une redistribution planétaire très inégale des possibilités de mouvement, la construction de murs et la militarisation des frontières. Cela n'est pas typiquement français, mais la France s'exprime en mettant la peur de l'immigré au service d'une politique raciste, en attisant le fantasme d'une France sans étranger, une idée qui est contraire à son histoire.

La droite comme la gauche s'alarment de "l'échec de l'intégration" des descendants d'Africains. Qu'en pensez-vous ?

Il n'est pas vrai de dire que les descendants d'immigrés africains ne se sont pas intégrés. Les conflits, les luttes et les débats en cours montrent que l'intégration est en marche. Mon regard sur la France est optimiste. La réalité, c'est qu'elle est aux prises avec son histoire, elle en train de s'autoproduire sur un mode inédit et cela désempare beaucoup de gens. D'où tout ce bruit autour des questions d'intégration et d'assimilation.

Pourtant, vous avez souvent dénoncé l'incapacité de la France à assumer son passé colonial !

Je l'ai pensé, mais en réalité, le débat est nourri : il n'y a pas de refoulement, mais un énorme défoulement après une période d'aphasie. Il faut passer du défoulement à une critique exigeante du passé, qui ouvre des chemins d'avenir et n'empêche pas la France d'effectuer les nouveaux voyages planétaires de la pensée.

Vous critiquez une France incapable d'assumer la fierté de sa diversité et en voie de provincialisation. N'est-ce pas contradictoire ?

Non : il y a un décalage entre le dynamisme des processus sociaux en cours, les multiples exemples de convivialité dans les quartiers, dans les arts, et le discours public qui est porté sur eux. Cette vie citoyenne conviviale pourrait servir de base pour imaginer une France qui, au lieu d'avoir peur, serait ouverte parce qu'elle saurait d'où elle vient et ce qu'elle est.

Pourquoi ce discours est-il si peu porté politiquement ?

La France est grincheuse, elle aime le persiflage. C'est un pays où pour exister, il faut critiquer. Où un discours optimiste risque d'être pris pour de la naïveté.

Le facteur racial a été déterminant, selon vous, dans notre histoire coloniale et vous militez pour que sa persistance dans la société soit reconnue. Cela ne risque-t-il pas d'entretenir un esprit victimaire peu propice à l'intégration ?

désespoirAujourd'hui, on dit aux immigrés africains et à leurs enfants : "Vous devez être comme nous. Mais, comme vous êtes vraiment différents, nous savons très bien que vous n'y parviendrez pas et que vous ne pourrez donc jamais vous intégrer." Il faut réintroduire la race si l'on veut sortir de ces impasses qui bloquent toute discussion sur les transformations de l'identité française et la capacité du modèle français à élargir notre compréhension de la démocratie. Cela n'a rien à voir ni avec le "communautarisme" ni avec cette hypocrisie qui consiste à faire comme s'il n'y avait pas une histoire à assumer et à transcender. Une histoire où la race a occupé des fonctions symboliques, politiques et économiques à travers l'esclavage et la colonisation. Il ne s'agit pas de faire repentance, mais de sortir de cette espèce de bonne conscience bête qui fait que l'on ne sait même plus qui l'on est à force de dénégations.

Pourquoi enfermer les gens dans des catégories si l'objectif final est de les dépasser ?

Parce qu'il faut redresser un certain nombre d'inégalités que la race a servi à constituer historiquement. Il faut que la représentation politique soit à l'image de la convivialité qui existe dans la société. Il faut faire en sorte que la non-diversité devienne un anachronisme.

Vous appelez la République à reconnaître les divisions raciales alors que vous affirmez que le cosmopolitisme est l'avenir de l'humanité !

Je me situe dans une tradition d'origine africaine qui a toujours pensé que la différence en soi ne signifie pas grand-chose mais aussi que la reconnaissance de la différence est un moment significatif, stratégique, dans le projet plus large d'un Senghor ou d'un Glissant, d'une "épiphanie des nations". L'humanité sera riche de l'ensemble de ses singularités. Elle sera appauvrie si ces singularités lui sont amputées. Je ne suis pas un militant de la différence, je suis pour une politique du semblable et de l'en-commun, si tant est que le monde que nous habitons appartienne à tous.

A propos d'Achille Mbembe

Né au Cameroun en 1957, il est docteur en histoire (Paris-I). Il enseigne l'histoire et les sciences politiques à l'université du Witwatersrand (Afrique du Sud) et à l'université Duke (Etats-Unis). Il est l'auteur de "De la postcolonie" (Karthala, 2000) et de "Sortir de la grande nuit" (La Découverte, 2010). Il s'apprête à publier "Critique de la raison nègre" chez Fayard.

Article paru dans l'édition du 18.10.11

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique BAUMONT - dans VOYAGE
commenter cet article

commentaires

Dominique BAUMONT 02/11/2011 18:29



Et pourtant Aïsha il y avait en Afrique, il y a encore un peu d'ailleurs un réel capital d'amitié et de sympathie vis à vis des français (je parle des anciennes colonies françaises), mais nos
dirigeants ont quasiment tout gâché par une incroyable rapacité et un terrible complexe de supériorité. Le résultat est que d'abord les populations souffrent et que nous avons ouvert la porte aux
autres, chinois bien sûr.Quand au G20, nous verrons, mais je n'en attend pas grand chose. Les enfants du fin fond du coeur de la Centrafrique continuerons à mourir de sida, de malnutrition, de
palu.... Merci de t'être exprimée longuement. Bises et bonne soirée. Dominique



Dominique BAUMONT 02/11/2011 16:54



Merci pour votre visite et votre commentaire kénavo. Oui l'Afrique est belle. Amitiés et bonne fin de journée. Dominique



Monica entre terre et mer 02/11/2011 14:09



bonjour


 j ai cliqué  sur votre blog venant d un autre blog ami


 et je  parcours là  vos articles et souvenirs d  afrique  qui me parlent


 puisque je  connait l afrique   équatoriale   ayant vecu plusieurs année  en Guinée


 l' afrique que j ai connue  ,  à bien sur évoluée  , comme tous les peuples  sur les continents


 mais l 'afrique   quand   on y à été  nous parleras  toujours  nous ne l' oublions pas  ,  son odeur ,  ses habitants ,   sa
nature  , l 'afrique fait toujours rêver  


 bonne journée pour  vous


 kénavo



aisha sylla 01/11/2011 23:20



Article passionnant, Dominique! Et combien vrai! j'ai lu aussi tous les commentaires précédents et partage tout à fait le point de vue d'Eva! Eh oui l'Afrique va devenir la Chinafrique! Les
Chinois ont bien compris ici l'enjeu économique que représentait l'Afrique. les terres africaines n'appartiennent plus au peuple africain...  Comme je l'écrivais dans un article précédent
sur VOIX AFRICAINE, l'Afrique doit pouvoir puiser dans ses propres richesses pour construire son devenir! ses richesses sont innombrables et seuls les Africains, par eux-mêmes pourront prendre
leur propre destinée en mains, seuls et sans aucune ingérence extérieure, quelqu'elle soit. A l'aube du G20, il est encore plus d'actualité d'avoir une réflexion individuelle, collective, globale
sur le développement économique et social de notre planète, un autre regard sur le monde et donner la parole aux sans voix, permettre à l'Afrique d'avoir sa place dans le concert des nations...
Mais je ne puis m'empêcher de penser à ces enfants qui décèdent en silence, ces mères qui pleurent la mort de leur dernier  né... Qu'en ont -ils à faire de nos réflexions, qu'en ont-ils à
faire du G20? cela ne changera rien pour eux! Il sera déjà trop tard! Ils seront morts en silence, les oubliés de la planète! cela m'est insoutenable! merci pour ce partage, Dominique! j'en ai
gros sur le coeur en pensant à ce G20 qui se déroule à la porte de chez moi et qui ne changera rien à la destinée de ces oubliés du monde! Partagé sur Fb et twitter! Bien à toi, Dominique



Dominique BAUMONT 01/11/2011 20:16



L'Afrique a des atouts dant, tu le sais bien. La laissera t on les mettre en valeur ? Bisous et bonne soirée. Dominique