Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Baumont

  • : Le blog de Dominique BAUMONT
  • Le blog de Dominique BAUMONT
  • : UN ESPACE D'AFRIQUE ET D'HUMANITE, D'EXPERIENCES VECUES, UN ESPACE DE PARTAGE ET D'ECHANGE.
  • Contact

L' Auteur

  • Dominique BAUMONT
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique.

VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE.

2005–2007 en CENTRAFRIQUE.

2008–2010 au SENEGAL.

2012-2014 en 
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique. VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE. 2005–2007 en CENTRAFRIQUE. 2008–2010 au SENEGAL. 2012-2014 en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Copyright

Recherche

Un voyage se fait toujours trois fois...

Une première en rêve, en imagination,

au ras des cartes.

Une deuxième le long des routes,

dans des bus rapiécés,

dans des gares en attente

d’hypothétiques trains,

dans des hôtels douteux ou des jardins radieux.

Enfin une troisième et interminable en souvenir,

dans la présence d’instants

qui vous constituent désormais

et que rien n’y personne ne peut effacer.

Elisabeth FOCH - Journaliste française - Prix Nadal 1990 

matin à Kikwit 2

 Matin à Kikwit. Bandundu. RDC

 

Archives

Une incitation au voyage. En chanson

La promesse d'une expérience de

Volontariat Solidaire réussie.

 

Musique de Zaz "On ira"

Vidéo de Ion Eminescu

Chargé de communication à la DCC

L'IVRE D'AFRIQUE

Copie (3) de la place du souvenir 1

voyager c'est...

...aller à la rencontre de la poussière savoureuse

des hommes.

Georges Scheade - Poète libanais

bonnes-Ouaka.jpg

db.jpg

au revoir les amis

Copie de entre-Kemb--et-Bangassou

calvaire 1

Kimbala 16

scène de rue

Catégories

EN PAYS PYGMEE - CENTRAFRIQUE

NGOUMA

famille-pygm-e

pygmées à Manasao

A MEDITER

enfant et vautour

Il y a pire que

le bruit des bottes, 

il y a le silence des pantoufles.

Max Frisch 

SENEGAL - 2010

regard du Sénégal 1-copie-1

enfants pointe sarène

regard du Sénégal-copie-1

regard du Sénégal 2

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:51

Sakoyo était un paysan très riche et très avare. Il vivait dans un village et, de tous les villageois, il était de loin le plus couvert d’or.....Une année, la saison des pluies se fit longuement attendre : les cours d’eau se desséchèrent et tous les plants des récoltes crevèrent sur pied.

Pas de récolte, pas de grain. Pas de grain, pas de farine. Pas de farine, pas de galettes ni de pain… Tout le village se lamentait ! Arrive Nkuya, le sorcier. Il va directement frapper à la porte de Sakoyo.

        Voici la demande du dieu des Pluies, lui dit-il. Creuse le champ au bout du chemin, et, au plus profond des sillons, cache tout l’or que tu possèdes. Alors, la pluie bienfaisante se répandra enfin sur les semailles. Avant même qu’il ait eu le temps de répondre, tous les villageois s’attroupèrent autour de Sakoyo et le pressèrent d’accepter. Déjà certains d’entre eux se saisissaient d’une bêche et creusaient les premiers trous.

Deux heures après, tout l’or de Sakoyo était répandu dans les sillons. Et le malheureux se lamentait en voyant son beau trésor disparaître peu à peu sous la terre. À la nuit tombée, les villageois se relayaient pour surveiller le champ. Ils se méfiaient de Sakoyo… et des voleurs qui n’avaient pas manqué d’apprendre ce qui était arrivé aux richesses de l’avare !

Deux jours passèrent, puis trois, puis quatre… Les hommes surveillaient les nuages d’un œil et de l’autre le champ plein d’or. Sakoyo, lui, pleurnichait au fond de sa case et il avait même cessé de travailler. ....

Une nuit, tous entendirent des grondements dans le ciel. Puis de violents crépitements sur les toits. Et encore des bruits de torrents furieux… La pluie était là. Mais pas une bonne pluie chaude et bienfaisante. Non ! Des monceaux d’eau, dévastatrice et bouillonnante, chargée de boue et de branches d’arbres ! « Le dieu de la Pluie est en colère », hurlaient les hommes du village. Tous se précipitèrent dans le champ de Sakoyo… pour constater que la terre avait été éventrée et que tout l’or avait disparu.

À cet instant de l’histoire, le conteur marque une pause.

« Sakoyo est le coupable. Il a volé son or au dieu de la Pluie ! », commentent les auditeurs. Et qui leur donnerait tort ? « Peut-être est-ce un voleur ? », plaide le conteur. Ou le sorcier ? Ou la pluie elle-même ? Le conteur poursuit son récit.

Le lendemain de ce déluge, d’immenses retenues d’eau s’étaient formées en aval du village. Au fond brillait l’or de Sakoyo. Il avait été entraîné par les cataractes qui s’étaient abattues sur le village. Elles seules avaient éventré la terre et dispersé l’or.

Sakoyo eut droit de le ramasser (il en manquait bien un petit peu…). Les villageois le remercièrent. Après tout, la pluie était venue et si elle était si forte, c’est peut-être que Sakoyo était trop riche...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique BAUMONT - dans VOYAGE
commenter cet article

commentaires

Armide+Pistol 05/05/2013 14:31


Un conte très actuel. La nature humaine ne change pas.

eva 01/05/2013 16:51


d'une sagesse délectable ! comme tous les contes africains ! Bon 1er mai cher Dominique. Bises.