Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Baumont

  • : Le blog de Dominique BAUMONT
  • Le blog de Dominique BAUMONT
  • : UN ESPACE D'AFRIQUE ET D'HUMANITE, D'EXPERIENCES VECUES, UN ESPACE DE PARTAGE ET D'ECHANGE.
  • Contact

L' Auteur

  • Dominique BAUMONT
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique.

VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE.

2005–2007 en CENTRAFRIQUE.

2008–2010 au SENEGAL.

2012-2014 en 
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique. VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE. 2005–2007 en CENTRAFRIQUE. 2008–2010 au SENEGAL. 2012-2014 en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Copyright

Recherche

Un voyage se fait toujours trois fois...

Une première en rêve, en imagination,

au ras des cartes.

Une deuxième le long des routes,

dans des bus rapiécés,

dans des gares en attente

d’hypothétiques trains,

dans des hôtels douteux ou des jardins radieux.

Enfin une troisième et interminable en souvenir,

dans la présence d’instants

qui vous constituent désormais

et que rien n’y personne ne peut effacer.

Elisabeth FOCH - Journaliste française - Prix Nadal 1990 

matin à Kikwit 2

 Matin à Kikwit. Bandundu. RDC

 

Archives

Une incitation au voyage. En chanson

La promesse d'une expérience de

Volontariat Solidaire réussie.

 

Musique de Zaz "On ira"

Vidéo de Ion Eminescu

Chargé de communication à la DCC

L'IVRE D'AFRIQUE

Copie (3) de la place du souvenir 1

voyager c'est...

...aller à la rencontre de la poussière savoureuse

des hommes.

Georges Scheade - Poète libanais

bonnes-Ouaka.jpg

db.jpg

au revoir les amis

Copie de entre-Kemb--et-Bangassou

calvaire 1

Kimbala 16

scène de rue

Catégories

EN PAYS PYGMEE - CENTRAFRIQUE

NGOUMA

famille-pygm-e

pygmées à Manasao

A MEDITER

enfant et vautour

Il y a pire que

le bruit des bottes, 

il y a le silence des pantoufles.

Max Frisch 

SENEGAL - 2010

regard du Sénégal 1-copie-1

enfants pointe sarène

regard du Sénégal-copie-1

regard du Sénégal 2

6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 13:32

 

La ville historique de Saint-Louis est construite, sur une petite île du fleuve Sénégal, à son embouchure. Elle présente un urbanisme en damier un peu à l’instar de Manhattan ou de La Valette à Malte.

Classée à juste titre patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en l’an 2000 son architecture est tout à fait remarquable. La ville a beaucoup de charme, un peu désuet, que les pluies d’hivernage rendent le soir venu, mélancolique. Les belles maisons laissent percevoir derrière les façades et les cours intérieures souvent décrépites les lustres d’antan. Lustres dont on ne répétera jamais assez qu’ils furent les témoins désormais muets d’une félicité sulfureuse vécue dans les cris étouffés du sang des noirs.

Réfléchissons.

Au même titre que l’on peut reconnaître aux bâtiments d’Albert Speer, l’architecte favori de Hitler, ou dansZeppelinfeld by Albert Speer d’autres de l’époque stalinienne et mussolinienne de réelles et indéniables qualités architecturales sans pour autant être un soutien de ces régimes, admirer l’architecture coloniale n’est aucun cas une quelconque adhésion à l’idéologie qu’elle sous tend.

Personne n’a dit le contraire ? En ce qui concerne les premiers, si.

Réfléchissons encore.

Les bâtiments allemands, soviétiques ou italiens de l’époque précitée sont d’une facture masculine, très géométrisée, massive (le terme de "charme" ne lui convient pas), l’expression d’épouvantables dictatures. Bâtiments auxquels on ne peut accorder quelques vertus sans être immédiatement regardé avec méfiance comme si cette position de critique d’art là était perçue comme une attitude complaisante envers ses monstrueux maîtres d’ouvrage. 

C’est faux et tout à fait compréhensible à la fois.

Saint-LouisMais nous n’avons pas, loin de là, les mêmes frissons d’horreur et de rejet en contemplant l’architecture coloniale.

C’est vrai, les maisons de Saint-Louis et de Gorée sont gracieuses, élégantes, féminines, reflètent un mode de vie raffiné et charmant, un peu indolent. Située dans des contrées qui toujours à ce jour parlent à notre imaginaire, cette architecture véhicule encore dans l’inconscient collectif européen « le temps béni desSaint-Louis du Sénégal colonies » comme l’a chanté je ne sais plus quel abruti négationniste.

Cependant la différence majeure n’est pas là.

Car la vérité est que les constructions allemandes, russes ou italiennes, nous renvoient à notre propre martyr, à nos souffrances, ce qui est légitime, nous étions des victimes.

A la période coloniale le schéma était inverse, nous n’étions pas des victimes mais des bourreaux, des bourreaux efficaces, très bien organisés, et cela, nous n’aimons pas, mais alors pas du tout, nous le voir rappeler.

Dans cette différence, passer de bourreaux à victimes, nous ne retenons que les victimes que nous furent.

 

C’est historiquement faux et moralement lâche.

Gorée

Ile de Gorée

 


Aimé Césaire, écrivain, poète antillais (Martinique)
« Il vaudrait la peine d'étudier cliniquement…les démarches d'Hitler et de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XX siècle qu'il porte en lui un Hitler qui s'ignore et qu'au fond, ce qu'il ne pardonne pas à Hitler, ce n'est pas le crime en soi, le crime contre l'homme, ce n'est pas l'humiliation de l'homme en soi, c'est le crime contre l'homme blanc et d'avoir appliqué à l'Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu'ici que les arabes d'Algérie, les coolies de l'Inde, et les nègres d'Afrique. »                                        

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique BAUMONT - dans VOYAGE
commenter cet article

commentaires