Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique Baumont

  • : Le blog de Dominique BAUMONT
  • Le blog de Dominique BAUMONT
  • : UN ESPACE D'AFRIQUE ET D'HUMANITE, D'EXPERIENCES VECUES, UN ESPACE DE PARTAGE ET D'ECHANGE.
  • Contact

L' Auteur

  • Dominique BAUMONT
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique.

VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE.

2005–2007 en CENTRAFRIQUE.

2008–2010 au SENEGAL.

2012-2014 en 
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.
  • Quelques chroniques et quelques photos de quelques missions en Afrique. VOLONTAIRE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE. 2005–2007 en CENTRAFRIQUE. 2008–2010 au SENEGAL. 2012-2014 en REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO.

Copyright

Recherche

Un voyage se fait toujours trois fois...

Une première en rêve, en imagination,

au ras des cartes.

Une deuxième le long des routes,

dans des bus rapiécés,

dans des gares en attente

d’hypothétiques trains,

dans des hôtels douteux ou des jardins radieux.

Enfin une troisième et interminable en souvenir,

dans la présence d’instants

qui vous constituent désormais

et que rien n’y personne ne peut effacer.

Elisabeth FOCH - Journaliste française - Prix Nadal 1990 

matin à Kikwit 2

 Matin à Kikwit. Bandundu. RDC

 

Archives

Une incitation au voyage. En chanson

La promesse d'une expérience de

Volontariat Solidaire réussie.

 

Musique de Zaz "On ira"

Vidéo de Ion Eminescu

Chargé de communication à la DCC

L'IVRE D'AFRIQUE

Copie (3) de la place du souvenir 1

voyager c'est...

...aller à la rencontre de la poussière savoureuse

des hommes.

Georges Scheade - Poète libanais

bonnes-Ouaka.jpg

db.jpg

au revoir les amis

Copie de entre-Kemb--et-Bangassou

calvaire 1

Kimbala 16

scène de rue

Catégories

EN PAYS PYGMEE - CENTRAFRIQUE

NGOUMA

famille-pygm-e

pygmées à Manasao

A MEDITER

enfant et vautour

Il y a pire que

le bruit des bottes, 

il y a le silence des pantoufles.

Max Frisch 

SENEGAL - 2010

regard du Sénégal 1-copie-1

enfants pointe sarène

regard du Sénégal-copie-1

regard du Sénégal 2

10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 14:28

 

Après avoir dîné à Saint-Charles, maison spiritaine à l’autre bout de la ville, Régine, Jacky, Manolo et moi décidons d’aller boire un verre. Jacky et Manolo prennent une voiture et Régine la femme de Jacky monte dans la mienne. Régine n’a pas de chance, c’est ma voiture que l’on arrête au commissariat du 2ème arrondissement. On me demande les papiers « afférents » au véhicule et pour les sortir de la boite à gants je suis obligé d’allumer mon plafonnier, mais celui ci ne marche pas.

« Ce soir nous sommes chargés de vérifier les plafonniers » me dit-on. « Vous pouvez ouvrir votre coffre ? » Je n’arrive pas à l’ouvrir. « Ce soir nous sommes chargés de vérifier l’ouverture des coffres ». Diable !

A la demande des policiers en treillis et kalachnikov en bandoulière je gare ma voiture et entre dans le commissariat qui n’a guère de commissariat que le nom : sans fenêtre, sans porte, un mobilier rare et branlant, des impacts de balles aux murs nous rappelle les heures sombres vécues par le pays. Derrière le comptoir une silhouette incertaine : renseignements pris, c’est le commissaire. Il prend mes papiers (des photocopies) et les examine longuement. En règle bien sûr, mais tout de même le plafonnier et le coffre sont de lourdes infractions.

« Vous nous devez 18000 fr. CFA » « D’accord, dressez-moi un PV, et Je viendrai payer demain. » Un long silence suit.

Je sors sur le pas de la porte pendant qu’un chauffeur de taxi se fait arrêter. Le commissaire, qui ne plaisante pas avec la loi est intraitable, il a bien vu que le pauvre n’avait pas d’argent et décide donc de garder son véhicule pour la nuit. Le chauffeur repart à pied. Rentrant, je demande la permission de fumer et veux lui offrir une cigarette : « je ne fume pas, mais je bois ». Il sort de son tiroir un sachet en plastique souple contenant un liquide brunâtre peu engageant. Je lui prends des mains pour voir de quoi il s’agit : du rhum. Il récupère son bien et en boit une large rasade. « Ce n’est pas bien de boire pendant le service » lui dis-je, remarque qui l’indiffère au plus haut point. « Je vais être obligé de garder votre voiture cette nuit ». « Pas question, je dois rentrer à l’Archevêché ». Cette fois-ci je vais discuter avec Régine qui attend patiemment.

Je retourne dans le commissariat et m’appuyant sur le comptoir je regarde mon interlocuteur sans aménité, le gradé alcoolisé éructe alors gentiment : « Qu’est ce qu’on fait M’sieur Dominique ? »

«Je ne sais pas moi ; c’est à toi de me le dire » rétorquais-je sèchement.

« Il me faudrait un peu d’argent pour le café ».

« Si je te donne de l’argent, tu iras le boire». Il baisse les yeux et ne répond pas.

Je sors une fois de plus sur le pas de la porte, cela fait ¾ d’heure que nous sommes ici. La nuit est magnifique, étoilée, douce, sensuelle. Je respire à pleins poumons l’air tiède et humide comme une bouchée gourmande de papaye sucrée. Trouvant 1000 fr.CFA dans ma poche je les tends au commissaire à l’œil éteint qui me rend mes papiers. « Vous pouvez partir M’sieur Dominique ».

Centrafrique – Bangui - 2ème arrondissement -  Février 2007

quartier Fatima à Bangui

Quartier Fatima à Bangui

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique BAUMONT - dans VOYAGE
commenter cet article

commentaires

eva 11/03/2014 09:54


Vos souvenirs sont parfois très pittoresques, Dominique ! Essayez de dire à un gendarme ou à un policier en France : "ce n'est pas bien de boire pendant le service".... vous verrez un peu s'il
vous regarde avec indifférence !!!!!!!!!!! Bises et bonne journée !

danae 10/03/2014 19:56


Bonsoir Dominique, Cela me rappelle certains passages de frontières dans le sahara ! Je suis en train de préparer un nouveau livre dont le titre sera : paissible était le chant des dunes. Vous
devriez en faire autant. J'espère que vous allez mieux, prenez soin de vous. Bises

Aaisha Sylla 10/03/2014 19:50


Mon cher Dominique, quel moment émouvant! J'imagine très bien la scène... C'est d'autant plus émouvant que la situation à Bangui a bien évolué! (mal, plutôt!) On sent cette atmosphère pesante...
lourde des prémisses futures: une mabiance étouffante qui ne présage rien de bon... l'histoire le confirmera... malheureusement! Tu devrais écrire un livre à propos de cet épisode de ta vie en
centre afrique... peut-être y as-tu déjà pensé... Porte-toi bien, surtout!!! Tous ces temps ci très peu de temps pour te lire, mais je ne t'oublie pas, loin de là... trop prise par tous mes
engagements... toute mon amitié!!! celle-ci sera éternelle.